Ta Nuit sera Lumière !

Le dimanche 9 février 2020 sera le Dimanche de la Santé. Nous prierons pour les malades et tous ceux qui les accompagnent. Nous aurons une pensée particulière pour tous les soignants qui exercent leur métier dans des conditions souvent difficiles.

« Ta nuit sera lumière » : tel est le thème, choisi cette année par la Pastorale de la Santé, en référence à l’évangile de ce 9 février.

La nuit. La maladie, comme chacun sait, est un temps d’épreuves qui nous plonge dans l’obscurité et provoque un douloureux questionnement sur l’avenir : « Je n’y vois plus très clair » « Qui suis-je ?». Des personnes très âgées redoutent la solitude, après avoir perdu leur conjoint et être séparées de leurs enfants…

Les soignants, les médecins nous font part quotidiennement du manque d’effectifs et souvent de considération. « Il nous faut travailler au rendement, sans avoir le temps de prendre soin de chaque malade ».

La lumière. Ce qui est merveilleux, c’est que, même au cœur de la nuit, des lumières même toutes petites viennent percer les ténèbres. Un témoignage parmi d’autres, dans un EHPAD, donné par une visiteuse : « Louise occupe une chambre seule, elle crie sans arrêt et ne cesse de gesticuler, je la regarde et lui souris…Elle saisit ma main et me parle doucement en français, m’apprenant bien des choses sur Dieu et sur moi-même. Ce que j’ai reçu d’elle m’est encore force et lumière » ou encore : « Germaine ne cesse de crier mais se lève pour venir m’embrasser. Plusieurs soignants étonnés demandent ce que j’ai fait : rien : je lui ai donné une petite dose d’attention, de présence, sinon elle risque de recommencer à crier sa solitude… à vous de jouer ! ».

Beaucoup de lumières se trouvent dans l’exercice des disciplines médicales. La compétence est appréciée mais elle est d’autant plus appréciée, quand elle est humaine. Que de fois entendons-nous des médecins, des infirmières affirmer qu’ils aiment leur métier. Un médecin : « Prendre soin, c’est aussi accueillir chaque malade en le considérant non seulement comme un corps à réparer mais comme un être humain à remettre en ordre de marche, à lui redonner son autonomie, à lui permettre de retrouver sa place dans la société ».

Un malade écrit : « J’ai remarqué dans un centre de « soins intensifs » le souci constant d’aider les patients à se prendre en charge. À maintes reprises, le personnel stimulait mon vieux compagnon de chambre pour qu’il fasse l’effort de marcher et de s’habiller ». Un autre médecin affirme que pour elle : le soin donné aux malades est à la fois : « physique, psychique et spirituel. On devrait ajouter même : social ».

Témoins de la Lumière. Jésus nous demande d’être les témoins de la Lumière : «On n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau ; on la met sur le lampadaire, et elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison ». Si nous aimons le Christ, nous ne pouvons pas nous désintéresser de nos frères souffrants et soignants : « Je veux voir Dieu » dit un chant…eh bien, regardez vos frères et agissez ! Les textes de la liturgie, que nous entendrons ce 9 février, nous inviteront à prier pour les malades, les soignants et tous les aidants et à être saints : une sainteté en acte et pas seulement en dévotion. L’injonction est forte « tu ne te déroberas pas ! » Être saint comme Dieu est saint, c’est peut-être consentir à la confiance qu’Il nous fait ; alors de la nuit, la lumière pourra jaillir.

Dieu nous appelle à découvrir et annoncer toutes ces petites lumières qui brillent autour de nous et en nous-mêmes à la Lumière de l’Évangile. C’est ce que nous essayons de partager et de vivre dans les équipes du « Service Évangélique des malades ». La Pastorale de la santé existe depuis bien longtemps dans nos deux paroisses. Une trentaine de bénévoles visitent les résidents dans les maisons de retraite ; une messe est célébrée une fois par mois et à la Résidence de la Côte d’Amour toutes les semaines. Des malades sont visités à domicile et reçoivent la communion à leur demande. Nous souhaitons vivement que des bénévoles viennent renforcer nos équipes. «Si tu combles les désirs du malheureux, ta lumière se lèvera dans les ténèbres et ton obscurité sera lumière de midi » (Isaïe 58.7-10).

Père René LE PAGE