Debout ! Seigneur vient !

Debout ! Le Seigneur vient ! Une voix prophétique a surgi du désert.
Un désir, une attente ont mûri nos esprits. Préparons-nous !….
Cette première strophe d’une ancienne hymne pour l’Avent nous plonge bien dans ce nouveau temps fort de notre liturgie, le Temps de l’Avent A. De fait, avec les premières vêpres de ce samedi, nous sommes entrés, avec l’Eglise catholique, dans une nouvelle an-née liturgique A, débutant comme chaque fois avec un temps fort, le Temps de l’Avent.
Du latin « ad-ventus », l’avent peut se traduire : a(d)-venir et signifie : ce qui va venir, l’arrivée, l’avènement, la venue d’une chose, d’une personne, d’un événement. Dans les temps anciens et en dehors du christianisme, l’avent est le temps de l’attente d’un grand événement, de l’avènement d’un grand empereur par exemple. Dans le christianisme et en Occident, l’Avent est le temps de l’attente de la venue dans notre monde du Fils de Dieu à Noël. C’est encore l’attente de la manifestation du Royaume spirituel du Christ à la fin des temps dévoilé déjà dans la naissance de Jésus à Noël. Ainsi, pour nous chrétiens catholiques, l’Avent est la période de quatre semaines au cours desquelles nous nous préparons spirituellement à accueillir le Christ dans nos vies. Et avant nous, le peuple juif a été longtemps préparé par de nombreux prophètes pour accueillir le Messie, l’Homme-Dieu venu dans le monde pour le salut de l’humanité.
Il y a plus de deux mille ans, cela s’est réalisé et il était venu dans la chair en prenant corps de la Vierge Marie : c’est cet événement que nous fêtons chaque année à Noël. Rappelons-nous aussi, les appels insistants de Jean-Baptiste, invitant ses contemporains à la conversion à travers un baptême pour le pardon des péchés (cf. Mc1, 2-4).
Pour nous chrétiens, l’Avent revient donc à l’appel constant à la conversion, à la vigilance et à la veille pour accueillir le Seigneur qui vient dans la vie de chacun de nous avec un cœur purifié. Pour nous aider dans notre préparation, l’Église nous donne une période de quatre semaines allant du dimanche après le Christ-Roi au 24 décembre. La couleur liturgique est le violet symbole de pénitence et de purification (sauf le 3e dimanche où on peut utiliser la rose, couleur de joie, pour signifier que cette attente reste joyeuse). On omet aussi à la messe du dimanche, le « Gloire à Dieu ».
Au demeurant, ce que je nous propose est de faire de ce Temps de l’Avent un temps de retour à l’amour, (envers Dieu et le prochain), un temps de conversion, un temps de prières intenses et de charité. Pour y arriver, allons à l’école de la Vierge Marie, la première qui a accueilli le Seigneur dans une disponibilité totale et dans un cœur pur et restons vigilants et éveillés dans la prière car le Seigneur, Dieu- avec-nous, viendra sûre-ment dans la vie de chacun de nous.
Debout ! Le Seigneur vient (…) Préparons-nous !
Bon temps de l’Avent !
Bonne Année Liturgique A
Bonne marche vers Noël… !
Père Ursule