L’intelligence du cœur

Chers amis, depuis dimanche dernier nous sommes entrés dans le temps de l’Avent. Cette entrée a été un peu chaotique : confinement et messes sans public, protestation de nombreux chrétiens, puis confinement allégé et messes à 30, recours des évêques, jugement en référé… Il y a ceux qui sont pour, il y ceux qui sont contre ! Parfois les uns jugent les autres ou inversement, avec le risque de se diviser, ce qui reconnaissons-le, n’est pas l’œuvre du Christ mais plutôt une tentation.

Mais la liturgie, expression de la Providence divine, nous rappelle à l’ordre. Ainsi voici la prière d’ouverture du 2ème dimanche de l’Avent :

Seigneur tout-puissant et miséricordieux, ne laisse pas le souci de nos tâches présentes entraver notre marche à la rencontre de ton Fils ; mais éveille en nous cette intelligence du cœur qui nous prépare à l’accueillir et nous fait entrer dans sa propre vie.

Cette magnifique prière nous rappelle le but véritable que nous devons nous fixer : marcher à la rencontre du Fils de Dieu qui vient.

Elle nous en donne le moyen : L’intelligence du cœur.

Elle nous dit les effets concrets en nous : accueillir le Seigneur et entrer dans sa propre vie.

Peut-être vous demandez-vous : « mais qu’est-ce que l’intelligence du cœur » ?

Il s’agit d’une intelligence qui n’est pas nourrie par des démonstrations et des preuves matérielles, mais qui se nourrit plutôt de rencontres, de confiance et d’amour.

Voici un homme qui rencontre un frère. Il l’écoute et lui parle. Peu à peu il apprend à le connaître, il découvre ses qualités, ses espoirs ses projets et il peut lui fait confiance. Alors il va l’aider et l’accompagner mais aussi il se confiera à lui et demandera son soutien… Ils sont devenus amis et frères. Ils se connaissent et se comprennent, même sans mot ou explication, ils ont l’un pour l’autre l’intelligence du cœur !

Et si ce frère était un témoin de Dieu ? Et s’il pouvait reconnaître le Christ en ce frère ? Ce Christ qui a dit : « chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ses plus petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait » (Mt 25, 40).

Et si à travers ces échanges, cette amitié et cette entraide, les deux pouvaient découvrir une Vérité qui surpasse les choses, les faits et les preuves… Alors les deux amis, les deux frères progresseraient avec l’intelligence du cœur vers celui qui est Le Chemin, La Vérité et la Vie (cf Jn 14, 6).

Mais pour cela, la prière nous le dit, il faut aussi empêcher que « les soucis de nos tâches présentes » n’entravent notre marche.

Alors mes amis, point d’amertume contre les lois, pas de jugements entre frères, pas de rancœurs entre nous mais seulement l’intelligence du cœur qui nous fait marcher, vers le Seigneur, qui nous permet de l’accueillir et même qui nous pousse à Lui donner la première place dans nos vies.

Bon Avent, le Seigneur vient !

 Christophe (votre curé)