Au désert, face à face…
Dimanche dernier, nous recevions du Christ cette invitation : « Venez à
l’écart, dans un endroit désert et reposez-vous un peu. »
C’est bien ce que nous vivons pendant ce temps de vacances. Même si
les rues encombrées de véhicules et de promeneurs, même si les
plages envahies par la foule nous empêchent parfois de nous croire au
désert, ou à l’écart, c’est pourtant bien ce qui nous arrive.
Le désert de la Bible n’est pas un endroit vide ou isolé : c’est le lieu de
la rencontre avec Dieu.
Être à l’écart, cela ne signifie pas être seul mais plutôt choisir ceux avec
qui nous sommes, non au milieu de la foule mais au milieu de nos
frères…
Le temps des vacances, je parle pour ceux qui en profitent, est bien un
temps où l’on se recentre sur la famille et sur quelques amis proches,
le temps où l’on choisit ceux que l’on fréquente. Nous pouvons leur
donner un peu plus de temps et de convivialité car le rythme change et
les impératifs sont différents. Nos frères chrétiens, les paroissiens que
Dieu nous donne font-ils partis de ceux que nous choisissons ?
Le temps des vacances peut aussi être un temps favorable pour la rencontre
avec le Seigneur. Les messes, nombreuses bien sûr, permettent
cela mais aussi les temps d’adoration ou de prière de louange, et les
temps de fêtes tels que la messe à Luna Park, la fête du 15 aout, le Pardon
de la Baule.
Il y a un temps qui est particulièrement celui du face à face divin : celui
du sacrement de la réconciliation.
Des permanences sont proposées toutes les semaines pendant l’adoration
du lundi soir à la chapelle St Jean à La Baule (17h30-18h30) et le
mercredi soir au même horaire pendant l’adoration à Notre Dame des
Dunes de Pornichet. Il y a aussi une permanence à Notre Dame de
Lourdes de la Baule le samedi après midi (16h00 -17h00) si les mariages
ne nous obligent pas à descendre à la chapelle st Jean.
Il y aura aussi de nombreuses occasions proposées pour se préparer à
la fête de l’Assomption.
Mais surtout, il y a l’occasion de se mettre en vérité devant le Seigneur.
Ce temps au rythme différent peut être celui où je découvre ce que
Dieu fait pour moi, jour après jour. Il me vient alors simplement le désir
de mieux le connaître, mieux l’aimer ! Je peux alors aller voir un prêtre
et rendre grâce avec lui de l’Amour de Dieu dans ma vie. Naturellement,
je verrais aussi que je ne suis pas à la hauteur de son Amour ; je
regretterai mon péché mais pas pour me culpabiliser ou me lamenter.
Non ! Je le ferai, sûr de sa miséricorde, pour que cela ne soit plus un
obstacle mais une occasion de grâce.
Dire son péché, c’est offrir à Dieu la seule chose qu’il ne m’ait pas donnée,
la seule chose qui me sépare de lui. Lui donner pour que tout soit
à lui et surtout que moi je lui appartienne !
Alors, qui de nous saura dans ce temps d’été, au désert, se jeter dans
les bras de Dieu ?